lundi 28 décembre 2015

[Ballast] Cartouches 3

Noces de mort de Marcel Moreau, éditions Lettres vives, 2000

c3-dMarcel Moreau est un sauvage de la littérature. La liste de titres barbares qui jalonnent son oeuvre en témoigne : Quintes, La Pensée mongole, Bannière de bave, L'Ivre livre, Julie ou la dissolution, etc. C'est l'une des rares plumes belges dont le talent stylistique a pu se hisser au-dessus des résidents de l'Hexagone – et qui a été salué pour cela par des auteurs tels qu'Anaïs Nin, Jean Paulhan ou Simone de Beauvoir. Obsédé par la question de la femme, comme celle de l'irrationnel, sa prose est comme un vaste tourbillon de pulsions rythmées, tantôt sanglantes, tantôt lyriques ; son souffle est celui de l'extase, avec des expirations vengeresses et d'occasionnels relents morbides. Et c'est de mort qu'il est ici question dans cette brève et puissante nouvelle de Marcel Moreau, Noces de mort. Il s'agit d'un chef-d'œuvre vespéral, viscéral, crépusculaire, passionné et moite de toutes les sueurs, de sang comme de sexe, que puisse faire ruisseler un si petit livre. Concentré de fièvre, c'est une soixantaine de pages sur un couple de condamnés à mort – l'homme pour meurtre, la femme par maladie – qui prend le chemin de la petite mort pour aller vers la grande, à deux, dans une furieuse et fusionnelle dernière étreinte. Ce chemin mystique sera l'occasion d'éprouver l'amour dans son absolu le plus total. Les deux protagonistes, dont l'identité abstraite se dévoile avec parcimonie au fil du récit, s'aiment d'autant plus qu'ils savent l'issue inéluctable... La mort pour eux sera dès lors la sublimation radicale de leur union ; le moyen d'une tension ultime où toutes les émotions seront exacerbées. Cette nouvelle est une boule de nerfs qui nous souffle et nous emporte avec elle.

 La France contre les robots de Georges Bernanos, éditions Le Castor astral, 2009

c3-gIl est bon de revenir sur ce livre prophétique, merveilleusement écrit au vitriol. Bernanos fut cet écrivain acclamé, auteur du Journal d'un curé de campagne ou de Sous le soleil de Satan, ancien camelot du Roi devenu défenseur des Républicains espagnols puis résistant au nazisme. Moins connu est sans doute le grand pamphlétaire, celui qui sans cesse prit d'assaut le monde moderne, de sa jeunesse jusqu'à sa mort. Un héros ? Non point ! Comment oublier son apologie de l'antisémite Drumont ? Bernanos, en qui Camus voyait « un écrivain de race » et à qui Simone Weil, partie combattre le fascisme en Espagne, dédiait une lettre de remerciement pour sa critique du camp franquiste (qu'il fit dans Les Grands Cimetières sous la lune), fut monarchiste et antisémite, oui. Mais Bernanos ne se résume pas à la somme de ses erreurs et de ses vices. Son christianisme fut avant tout éthique chevaleresque et populisme radical – voire révolutionnaire. Ainsi, Bernanos dresse dans cet ouvrage un réquisitoire féroce contre la société qu'il sentait se profiler au crépuscule de la Seconde Guerre mondiale. Une société où la Technique et la Machinerie, élevées au rang d'idoles modernes, se voient octroyer une place tellement grande qu'elles semblent remplacer la liberté des hommes. Les hommes, lorsqu'ils y croient encore, ne savent même plus s'en servir... Capitalistes, fascistes ou marxistes, qu'importe, qu'ils la nient ou la revendiquent, ils ont tous oublié « sur le coin de la route » cette grande amie, si exigeante, de l'homme. Face aux « robots », au Progrès incontrôlé ; face, aussi, à l'esprit économique qui forme et est formé par l'« homme économique » – ses analyses augurent déjà la mondialisation techno-marchande et ses délocalisations –, Bernanos oppose l'esprit de la grande Révolution de 1789, « révolution de l'Homme, inspirée par une foi religieuse dans l'homme ». Un esprit animé d'idéal, apte à conjurer les « réalismes » en tout genre et à s'opposer frontalement au règne combiné du Marché, de l'État et de la Machine.

Le Business est dans le pré – Les dérives de l'agro-industrie d'Aurélie Trouvé, éditions Fayard, 2015

c3-iLecture nécessaire pour tout militant écosocialiste, l'ouvrage d'Aurélie Trouvé, membre du collectif ATTAC – et par ailleurs candidate malheureuse à la direction du FMI – est un passionnant essai, entre pamphlet et ouvrage didactique, qui revient sur la condition paysanne et les dégâts de l'agro-industrie. Le marxisme orthodoxe a durant longtemps négligé cette classe populaire rurale dont les vices furent fustigés par Marx lui-même. Mais aujourd'hui, alors que les agriculteurs n'ont jamais été aussi précarisés – avec, pour la France, l'un des taux de suicide les plus hauts de tous les métiers – et que les fléaux de l'agro-industrie en matière d'alimentation, de santé, de destruction des cultures vivrières ou d'exploitation explosent à la face du monde, il est plus que temps de défendre les agriculteurs face au rouleau compresseur capitaliste. Tout y passe, donc : la concurrence déloyale des fermes à taille inhumaine (la plus connue dans l'Hexagone étant le projet d'une ferme aux « 1 000 vaches », chiffre presque banal dans un pays comme les États-Unis) ; le productivisme effréné dans lequel les agriculteurs sont poussés par le marché – et grâce entre autres au détricotage de la PAC par les eurolibéraux –, avec le gaspillage qui en résulte ; les grands syndicats bureaucratisés qui ne défendent plus de modèle alternatif de production ; l'exploitation d'une main d'œuvre étrangère corvéable à merci ; le libre-échange, qui ravage les productions locales dans les pays moins industrialisés ; le « green-washing » du capitalisme, qui permet à certaines multinationales de se donner une image écologiste tout en continuant leur destruction de la nature et des hommes ; etc. Un livre documenté, nourri à la fois d'expériences pratiques et de réflexions théoriques. On lui reprochera cependant une certaine modération, assez incompréhensible, dans ses solutions proposées — et notamment l'éternel appel à une Europe sociale, avec fiscalité homogénéisatrice, ainsi qu'une critique rapide des partisans du protectionnisme. Aucune réflexion sur la décroissance n'est présente non plus, ce qui semble indiquer que l'auteure pourrait se contenter éventuellement d'un capitalisme étatique régulé, sans aucune modification des comportements quotidiens des citoyens européens. 

Pour le site web de Ballast.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire