lundi 30 mai 2011

Les monstres de Riposte Laïque ont encore frappé, et pas avec le dos de la cuillère

La barbarie n'a décidément pas de limites pour les fascistes. Regardez moi cette immonde bête puante, le groupuscule monstrueux qu'est Riposte Fasciste dévoile sa face de mort : un visage hideux qui transforme en pierre les républicains et terrifie les laïques. Soutenant les génocidaires Mladic et Karadzic, ce sordide site web allie l'ignominie à l'hypocrisie. S'il vous donne aussi envie de vomir, faites le vers sa direction, la bile étant la meilleure amie de ces fumiers. 


Les veules personnages du Bloc Identitaire et de Riposte Laïque, frères siamois au demeurant, n'ont pas su assumer plus de quelques jours ce grotesque et infâme brûlot digne des pires pamphlets révisionnistes, acclamant le "personnage hors du commun" et "vaillant défenseur de la chrétienté" qu'est Mladic. Hélas pour ces idiots, google garde dans son cache les pages visitées par son bot pendant un certain temps, et donc je me suis permis de prendre des captures d'écran afin d'immortaliser le moment où ce groupuscule est passé de la haine de l'autre au plaidoyer pour le génocide:






EDIT: La page est apparemment retournée sur le site, et comme pour se dédouaner de la vilenie de l'article précédent, l'organisation fascisante a mis en ligne une sorte de droit de réponse d'un plus modéré, qui ne peut s'empêcher bien évidement de quand même préciser que "les musulmans de Bosnie ont collaboré avec les Nazis": http://ripostelaique.com/non-louis-dalmas-un-bourreau-comme-mladic-ne-peut-etre-un-patriote.html. Une sorte de débat absurde, qui pourrait être l'équivalent du débat entre néonazis et fascistes plus modérés.

dimanche 22 mai 2011

Antisémitisme chez les jeunes de confession musulmane? Un urgent besoin de laïcité

A lire: dossier sur l'antisémitisme chez une partie de la jeunesse de confession musulmane: http://resistances.be/jeuneantisem02.html j'y signe un article ("Un urgent besoin de laïcité") alors allez-y. C'est un ordre!

vendredi 13 mai 2011

Malika Hamidi, la "féministe" invitée par les bigots d'écolo

Commentaire récemment écrit sur facebook concernant cette "féministe musulmane":

"Malika Hamidi est directrice générale de l'European Muslim Network, dont le président n'est nul autre que Tariq Ramadan, pour qui en islam le voile est obligatoire, pour qui il faut militer pour des piscines non mixtes, pour qui la femme doit être forcément pudique, et qui dit dans ses cassettes très féministes au demeurant :

"En ce qui concerne le travail, la femme a un droit : celui de ne pas avoir à subvenir à ses besoins. Mais ce droit ne se transforme pas en interdiction de travailler. C'est un droit mais en fonction de ses compétences et de sa capacité à intervenir sur le champ social, à partir du moment où les règles sont, comme pour l'homme, des règles de la pudeur, il est tout à fait possible pour une femme de participer à la vie sociale, d'avoir une éducation civique" (1)

ou encore

"Il y a plein de domaines dans lesquels les femmes doivent pouvoir s'engager (...) Par contre, nous n'allons pas, nous dans le même sens que ce qu'on peut voir parfois dans la société occidentale, en disant : pour véritablement montrer que la femme est libérée, il faut qu'elle puisse devenir maçon ou camionneur. Nous on dit : ça sert à rien ça. On va pas devenir stupide au point de dire : montre ta libération, deviens camionneur, conduis un camion (...) Travaille dans le DOMAINE DE COMPETENCE QUI EST LE TIEN à partir du moment où, dans la famille, on a trouvé un équilibre". (2)

Malika Hamidi a fait plusieurs conférences avec ce même Tariq, qui revendique exactement le même féminisme dit "islamique". Mais pire: son organisation EMN a récemment organisé un débat à sens unique avec non seulement le grand féministe Tariq Ramadan, mais aussi le prodigieux combattant des droits des femmes Yacob Mahi qui dit par exemple que « toute relation sexuelle avant le mariage est considérée comme une fornication, relation d’adultère et elle est punissable dans le cadre d’une société islamique comme le dit le Coran par 100 coups » (3) et enseigne la Charia, connue pour ses vertus féministes que l’on peut voir appliquées dans des pays comme l’Arabie Saoudite ou l’Iran… Oh, et pour rappel, Yacob Mahi a été évincé de son poste de prof islamique parce que ses opinions « sont incompatibles avec la démocratie, entre autres sur l'égalité hommes-femmes »(4)

Alors madame Hamidi dit prôner une herméneutique féministe du Coran, sans jamais évidemment nous présenter cette même herméneutique, mais visiblement son interprétation de l’Islam est loin d’être progressiste, éclairée et encore moins féministe ! Car certes il est possible d’être féministe et de confession musulmane, mais il est complètement absurde de dire que toutes les femmes de confession musulmane seraient féministes quand bien même elles le revendiqueraient ! Des femmes comme Sihem Habchi ou Leila Babès sont des croyantes qui ont une interprétation de leur religion progressiste, et elles ne mélangent d’ailleurs jamais féminisme et religion. Des femmes comme Malika Hamidi ont une interprétation obscurantiste de leur religion et se parent des oripeaux du féminisme comme le font les femmes du Front National ou de la droite religieuse américaine style Sarah Palin.

Je salue à ce sujet le courage d’une jeune femme d’origine maghrébine qui a dénoncé l’invitation d’écolo faite à Hamidi pour parler de féminisme : http://www.youtube.com/watch?v=do5bRRbx7MQ&feature=player_embedded

P.S. : Et il n’est pas inopportun de signaler qu’elle a AUSSI adopté la rhétorique des Indigènes de la République. Pour Malika Hamidi, vous êtes une « féministe blanche », si vous ne voulez pas mélanger religion et féminisme, qui aurait une « vision coloniale du féminisme ». Pour cette pseudo-féministe qui s’érige en porte-parole des femmes musulmanes, il faudrait « décoloniser la pratique féministe », car il y aurait un rapport de domination de la « féministe blanche », dont le féminisme serait selon elle « totalitaire » (5) ! Voilà exactement la même rhétorique nauséabonde des communautaristes du groupuscule précédemment cité, qui ethnicise toutes les questions sociales et considère le laïque et l’athée comme le blanc, et le blanc comme raciste et dominateur par essence, tandis que le citoyen de confession musulmane ou d’origine africaine serait l’éternelle victime de ce même blanc. La culture de ces personnes issues de cette immigration africaine serait bien évidemment par essence antilaïque, antiféministe, antirationaliste etc…et ils seraient sommés de rendre des comptes à leur « communauté », au risque de devenir, pour ces gens-là, des sortes de traitres, des personnes « occidentalisées », voire des « nègres domestiques » ou des « bougnoules de service » selon les dires du bougnoulosophe, fondateur du piètre simulacre belge « Les indigènes du Royaume » (6), proche d’ulbistes comme Souhail Chichah prof d’économie (7).

P.P.S.: Il est aussi intéressant de noter que Malika Hamidi fait partie du collectif ayant rédigé l'un des livres les plus minables sur la laïcité, "Du bon usage de la laïcité", véritable hymne réactionnaire au communautarisme et au mélange du religieux et du politique. On peut y voir Hamidi discourir sur le fameux féminisme voilé (un peu comme si l'on parlait d'un antiracisme d'extrême-droite) aux côtés d'une stalinienne pro-hezbollah (Nadine Rosa-Rosso), un islamogauchiste notoire, toujours prompt à fustiger de raciste les laïques (Marc Jacquemain), un farfelu partisan des accommodements raisonnables, qui prétend défendre les plus pauvres tout en adoptant les thèses de l'ultra-ultralibéral Charles Taylor (Henri Goldman) ou un fanatique du procès pour "islamophobie" (c'est-à-dire blasphème), qui d'une main de fer a réussi à transformer le M.R.A.P. en officine pour l'islamisme (Radouane Bouhlal). Un collectif boiteux qui mérite à lui seul un futur article...

(1) Cassette de T. Ramadan, « la femme musulmane face à son devoir d’engagement », partie n°2, enregistrée à Abidjan (Côté d’Ivoire), QA 22, Tawhid
(2) Cassette de T. Ramadan, « la femme musulmane face à son devoir d’engagement », partie n°2, enregistrée à Abidjan (Côté d’Ivoire), QA 22, Tawhid
(6) http://bougnoulosophe.blogspot.com/2010/03/fatoumata-sidibe-tirailleuse.html
(7) Ayant fondé le C.R.I., comité de réflexion indigène.